Thyroïde: ne vous inquiétez pas, votre TSH est dans les normes! Par Guénaëlle Abéguilé

Les recommandations de l’HAS (Hautes Autorité de Santé) concernant le diagnostic et la prise en charge de l’hypothyroïdie sont tout simplement DRAMATIQUES et SCANDALEUSES. Elles ne prennent absolument pas en compte la physiologie et la biochimie cellulaire. Je vous mets en pièce jointe dans les commentaires ces recommandations HAS.

La sonnette d’alarme est sonnée uniquement lorsque la TSH et la T4L sont augmentées! Si seule la TSH est augmentée, ils recommandent de redoser quelques mois plus tard!!!!!!…..? Et pendant ce temps, que se passe-t-il….? Et bien on attend que tout se dérègle pour que vous rentriez dans une case, si le patient n’est pas tombé en dépression entre temps …. A la prochaine visite, avec un peu de chance votre TSH et votre T4L seront « anormales » et on vous proposera un traitement : celui qui porte le nom d’un dinosaure digne d’un traitement de son époque (du moins s’il est pris sans assurer sa conversion en hormone active).

Effectivement cette molécule est de la T4 (et bien oui, elle est enfin basse, donc il faut la remonter!). Mais savez-vous que cette hormone est très peu active? Il faut au préalable qu’on lui retire un atome d’iode pour se transformer en T3 qui elle, est active. La T3 à dosage optimal (qui ne correspond pas aux normes des laboratoires) vous permet de « fabriquer » de l’énergie, de brûler vos calories, de réguler votre température, d’améliorer votre masse musculaire, votre libido, votre moral, etc….

Donc si vous êtes capable de transformer votre médicament en T3, tout devrait bien se passer….Mais est-ce vraiment le cas ? De quoi avons-nous besoin pour transformer ce « dinosaure » en T3 ? Cela nécessite des micronutriments, indispensables à l’activité de l’enzyme qui permet cette opération, la 5’Déiodinase. Ces micronutriments sont le zinc, le sélénium, le magnésium et le fer. Une fois synthétisée, la T3 doit passer la membrane cellulaire, cette étape des membranes cellulaires souples (oméga3). Enfin pour agir la T3 nécessite de la Vitamine A. Par ailleurs, cette conversion T4 en T3 est bloquée par la présence de stress ou de métaux lourds (qui vont entraîner une conversion T4 en T3 « reverse » qui est inactive).

En bref, l’administration du fameux médicament n’a quasiment aucune chance d’être optimale sans faire un dosage, puis optimiser les cofacteurs déficitaires (sélénium, zinc, fer, magnesium, vit A et oméga 3). Il est également nécessaire de prendre en charge le stress et de limiter l’exposition aux métaux lourds.

Mais bien avant la prise de ce médicament, si vous souffrez de quelques signes d’hypothyroïdie : fatigue, constipation, prise de poids, difficulté à perdre du poids, moral fluctuant, migraines, frilosité, gonflement des extrémités et des yeux le matin, chute des cheveux, ongles cassants, baisse de la libido, reflux ou gène gastrique, il est nécessaire de faire doser la TSH qui doit être inférieur à 1,5 et non pas à 4 comme le recommande l’HAS!!!! La T3 doit être élevée, mais la présence de T3 reverse peut induire en erreur. Si la T4 est basse par rapport à la TSH, cela peut indiquer une difficulté de synthèse pouvant évoquer un déficit d‘iode ou de fer indispensable à la synthèse de T3.

Il est très intéressant, même en prévention, de faire doser l’iode dans les urines, le dosage optimum doit être autour de 150 microgrammes/L! Même chez moi, en bord de mer, en Bretagne, je retrouve souvent des taux entre 25 et 50!!! Un faible taux d’iode prédispose à l’hypothyroïdie et favorise le développement de l’auto immunité= maladie de Hashimoto. Ceci est d’autant plus probable qu’il existe un déficit en Vit D (elle doit être au-dessus de 60 ng/ml ! Et oui, chez moi en Bretagne il m’arrive de voir des déficits en vit D ;)… Bon OK, je dois vous avouer: je n’ai jamais vu un bon dosage en vit D sans complémentation ….

Par ailleurs, un bon statut en iode chez la femme enceinte, est indispensable au développement du système nerveux de son bébé, il est dommageable de ne pas le faire doser en systématique en périconception. Un taux bas chez maman est inversement corrélé au Q.I de l’enfant… Et puis on s’étonne du développement d’hypothyroïdie après la grossesse, ceci pourrait être évité si la maman n’entamait pas sa grossesse avec un taux d’iode aussi bas.

Dans les recommandations de l’HAS, il n’y a aucune place pour le dosage de ces micronutriments (Zinc, Selenium, Fer, Magnesium, iode, vitD, Vit A, oméga 3)…. Comme si ces derniers étaient totalement ignorés du corps médical! Ce sont pourtant des substances indispensables au fonctionnement de l’organisme. Malheureusement ces derniers ne sont pas brevetables, ils n’attirent donc pas l’attention des lobbyistes.

Enfin, les signes cliniques doivent attirer l’attention même avant que la biologie soit évocatrice, car les normes de la population générales ne sont pas forcément vos normes à vous. Le bon traitement de la thyroïde, n’est pas celui qui normalise votre TSH, mais bien celui qui améliore votre bien être physique et moral !

Naturellement Votre

Guénaëlle Abéguilé

3 réflexions au sujet de « Thyroïde: ne vous inquiétez pas, votre TSH est dans les normes! Par Guénaëlle Abéguilé »

  1. Alors ce serait bien de citer vos sources, parce que si on veut garder ou développer notre esprit critique, il faut bien savoir d’où vous tirez toutes ces affirmations

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s