Candida Albicans : pas si candide ! Par Guénaëlle Abéguilé- Partie 1

Candida, un nom si doux, si pur, si innocent ; Et pourtant, lorsque j’envahis votre intestin, je parviens à prendre le contrôle de votre organisme, de votre comportement, à leurrer votre système immunitaire et à interférer avec votre cerveau !

Je suis une levure naturellement présente dans votre intestin. Lorsque votre flore intestinale est de bonne qualité, je reste sous forme de spore et me multiplie peu car vos bonnes bactéries intestinales eubiotiques (votre flore intestinale équilibrée) créent un climat non propice à mon développement. Dans ces conditions, nous vivons en symbiose.

Je suis un OPPORTUNISTE, lorsqu’on m’en laisse la possibilité je me développe, me multiplie et envahit votre intestin.

Je suis également un TRANSFORMISTE : je peux me métamorphoser et passer de la forme de « spore » à une forme « micellaire » : j’émets alors des filaments me permettant de me déplacer avec aisance dans votre intestin et même au delà : dans votre milieu intérieur en traversant la barrière intestinale. Je suis alors un ENVAHISSEUR. Je peux vous créer des mycoses un peu partout dans votre organisme. Au passage j’altère votre intestin en le rendant poreux, ce qui entraîne un état inflammatoire de bas grade, faisant le lit de nombreuses maladies de civilisation.

De l’autre côté de votre intestin je côtoie votre système immunitaire. Le système immunitaire est votre système de défense et de tolérance. Lorsque tout va bien, il est censé éliminer l’ennemi (= virus, bactéries, cellules cancéreuses…) et tolérer l’ami (= fractions d’aliments issus de la digestion, bactéries eubiotiques…).

Votre système immunitaire devrait donc sortir l’artillerie lourde afin de m’éliminer. Cependant, j’ai plus d’un tour dans mon sac! Ma première ligne de défense sont les filaments que j’ai développé. En plus de m’aider dans mes déplacements ils me permettent également de mettre en difficulté les cellules immunitaires qui tentent de me phagocyter (c’est-à-dire, de m’englober dans le but de me détruire).

Puisqu’on n’est jamais trop prudent, je fabrique des toxines me permettant de leurrer votre système immunitaire, de diminuer votre système de défense afin de me faire tolérer : un vrai COLLABO !! Ce faisant, j’affaiblis vos défenses, ce qui vous rend plus vulnérable aux infections, allergies etc …

Et puisque je veux être certain de pouvoir régner en maître dans votre intestin, je développe mon propre biofilm. C’est une sorte de « mucosité » me rendant résistant aux attaques de votre organisme et aux antifongiques qui pourraient m’être délétères. Dans mon biofilm, je suis protégé et parviens à me développer à l’abri de toute attaque ennemie.

Revenons à mes armes secrètes : je suis une vraie USINE CHIMIQUE ! Je fabrique plus de 35 différentes toxines. Certaines sont capables de passer la barrière intestinale et d’interférer sur vos fonctions organiques.

Connaissez-vous l’acétaldéhyde ? Non ? Mais si ! C’est le produit provenant de la dégradation de l’alcool par l’organisme, il est responsable de la gueule de bois ! Pas besoin de boire pour s’alcooliser et métaboliser cette toxine! Je le fais à votre place ! L’acétaldéhyde est également responsable d’une diminution de synthèse de dopamine. La dopamine est le starter du début de journée, favorisant l’entrain, la motivation, la concentration, la libido!

Je suis également très fière de fabriquer du tartarate bloquant l’activité de vos chaudières énergétiques appelées mitochondries. Ceci entraîne une diminution de la synthèse d’énergie (donc de la fatigue) et une augmentation des déchets (les radicaux libres !)

Je synthétise également des toxines opioïdes responsables d’un abaissement du seuil de la douleur : je fais de vous de véritables chochottes ! Ces toxines interfèrent sur les récepteurs à l’opium au niveau du cerveau ! Elles stimulent l’aire cérébrale de la récompense, ce qui vous donne des envies irrépressible de sucre !!! Et tout ça pour : MOI, qui règne dans votre organisme!! Car le sucre est MON carburant ! Ainsi en succombant à vos pulsions, vous me nourrissez, MOI, afin que je puisse mieux vous envahir. Ceci fait de moi le meilleur des MANIPULATEUR.

Je fermente le sucre que vous consommez dans votre intestin : Une vrai USINE A GAZ ! Comme dans une bouteille de bière, la fermentation conduit à une production importante de gaz, ce qui entraîne des désagréments digestifs : ballonnements, troubles du transit, diarrhée, constipation, production de gaz, spasmes…

Opportuniste, Transformiste, envahisseur, Collabo, manipulateur, usine chimique, usine à gaz, je peux être à moi seul responsable de votre déprime, fatigue, mycoses récidivantes, envie irrépressibles de sucres, faiblesse immunitaire, allergies, baisse de motivation de concentration, troubles du transit, ballonnements, prise de poids….

Dans le prochain épisode (article 2) je vous expliquerai comment je parviens à mieux me développer chez certains individus, comment savoir si je vous habite et je vous livrerai peut-être quelques secrets afin que vous ayez une chance de vous débarrasser de moi !!!!

En attendant, n’hésitez pas à partager l’article. Cela me permettra de maintenir la motivation nécessaire pour continuer à prendre du temps pour partager mes connaissances avec vous!

Naturellement Votre !

Guénaëlle Abéguilé- Micronutritionniste-

Thyroïde: ne vous inquiétez pas, votre TSH est dans les normes! Par Guénaëlle Abéguilé

Les recommandations de l’HAS (Hautes Autorité de Santé) concernant le diagnostic et la prise en charge de l’hypothyroïdie sont tout simplement DRAMATIQUES et SCANDALEUSES. Elles ne prennent absolument pas en compte la physiologie et la biochimie cellulaire. Je vous mets en pièce jointe dans les commentaires ces recommandations HAS.

La sonnette d’alarme est sonnée uniquement lorsque la TSH et la T4L sont augmentées! Si seule la TSH est augmentée, ils recommandent de redoser quelques mois plus tard!!!!!!…..? Et pendant ce temps, que se passe-t-il….? Et bien on attend que tout se dérègle pour que vous rentriez dans une case, si le patient n’est pas tombé en dépression entre temps …. A la prochaine visite, avec un peu de chance votre TSH et votre T4L seront « anormales » et on vous proposera un traitement : celui qui porte le nom d’un dinosaure digne d’un traitement de son époque (du moins s’il est pris sans assurer sa conversion en hormone active).

Effectivement cette molécule est de la T4 (et bien oui, elle est enfin basse, donc il faut la remonter!). Mais savez-vous que cette hormone est très peu active? Il faut au préalable qu’on lui retire un atome d’iode pour se transformer en T3 qui elle, est active. La T3 à dosage optimal (qui ne correspond pas aux normes des laboratoires) vous permet de « fabriquer » de l’énergie, de brûler vos calories, de réguler votre température, d’améliorer votre masse musculaire, votre libido, votre moral, etc….

Donc si vous êtes capable de transformer votre médicament en T3, tout devrait bien se passer….Mais est-ce vraiment le cas ? De quoi avons-nous besoin pour transformer ce « dinosaure » en T3 ? Cela nécessite des micronutriments, indispensables à l’activité de l’enzyme qui permet cette opération, la 5’Déiodinase. Ces micronutriments sont le zinc, le sélénium, le magnésium et le fer. Une fois synthétisée, la T3 doit passer la membrane cellulaire, cette étape des membranes cellulaires souples (oméga3). Enfin pour agir la T3 nécessite de la Vitamine A. Par ailleurs, cette conversion T4 en T3 est bloquée par la présence de stress ou de métaux lourds (qui vont entraîner une conversion T4 en T3 « reverse » qui est inactive).

En bref, l’administration du fameux médicament n’a quasiment aucune chance d’être optimale sans faire un dosage, puis optimiser les cofacteurs déficitaires (sélénium, zinc, fer, magnesium, vit A et oméga 3). Il est également nécessaire de prendre en charge le stress et de limiter l’exposition aux métaux lourds.

Mais bien avant la prise de ce médicament, si vous souffrez de quelques signes d’hypothyroïdie : fatigue, constipation, prise de poids, difficulté à perdre du poids, moral fluctuant, migraines, frilosité, gonflement des extrémités et des yeux le matin, chute des cheveux, ongles cassants, baisse de la libido, reflux ou gène gastrique, il est nécessaire de faire doser la TSH qui doit être inférieur à 1,5 et non pas à 4 comme le recommande l’HAS!!!! La T3 doit être élevée, mais la présence de T3 reverse peut induire en erreur. Si la T4 est basse par rapport à la TSH, cela peut indiquer une difficulté de synthèse pouvant évoquer un déficit d‘iode ou de fer indispensable à la synthèse de T3.

Il est très intéressant, même en prévention, de faire doser l’iode dans les urines, le dosage optimum doit être autour de 150 microgrammes/L! Même chez moi, en bord de mer, en Bretagne, je retrouve souvent des taux entre 25 et 50!!! Un faible taux d’iode prédispose à l’hypothyroïdie et favorise le développement de l’auto immunité= maladie de Hashimoto. Ceci est d’autant plus probable qu’il existe un déficit en Vit D (elle doit être au-dessus de 60 ng/ml ! Et oui, chez moi en Bretagne il m’arrive de voir des déficits en vit D ;)… Bon OK, je dois vous avouer: je n’ai jamais vu un bon dosage en vit D sans complémentation ….

Par ailleurs, un bon statut en iode chez la femme enceinte, est indispensable au développement du système nerveux de son bébé, il est dommageable de ne pas le faire doser en systématique en périconception. Un taux bas chez maman est inversement corrélé au Q.I de l’enfant… Et puis on s’étonne du développement d’hypothyroïdie après la grossesse, ceci pourrait être évité si la maman n’entamait pas sa grossesse avec un taux d’iode aussi bas.

Dans les recommandations de l’HAS, il n’y a aucune place pour le dosage de ces micronutriments (Zinc, Selenium, Fer, Magnesium, iode, vitD, Vit A, oméga 3)…. Comme si ces derniers étaient totalement ignorés du corps médical! Ce sont pourtant des substances indispensables au fonctionnement de l’organisme. Malheureusement ces derniers ne sont pas brevetables, ils n’attirent donc pas l’attention des lobbyistes.

Enfin, les signes cliniques doivent attirer l’attention même avant que la biologie soit évocatrice, car les normes de la population générales ne sont pas forcément vos normes à vous. Le bon traitement de la thyroïde, n’est pas celui qui normalise votre TSH, mais bien celui qui améliore votre bien être physique et moral !

Naturellement Votre

Guénaëlle Abéguilé