Candida Albicans: basta! Par Guénaëlle Abéguilé – Partie 3

Maintenant que vous savez qui je suis, où je suis et ce que je fais, vous vous demandez certainement : « Comment se débarrasse-t-on de toi ? »

Laissez-moi-vous dire, que ce n’est pas une mince affaire! Vous devrez vous armer de patience et de motivation. Cependant, les cartes sont entre vos mains. Bien que j’influence la plupart de vos fonctions (comportement alimentaire, motivation, digestion, énergie…), vous êtes le seul à contrôler mon alimentation.

J’adore manger et je me sers avant vous ! Vous ne pourrez donc pas m’éliminer sans m’affamer ! Le secret de la réussite : arrêter de manger ce que j’aime ! Sucre et autres aliments à index glycémique élevé : bonbons, gâteaux, sucre, miel, la plupart des aliments ultra transformés, mais aussi : pain blanc, riz blanc, pâtes blanches et autres céréales raffinées.

Je sais que vos changements de comportements alimentaires peuvent m’être fatals ! C’est pour cela que je fabrique des substances chimiques te donnant des envies irrépressibles de sucre. Ce ne sera donc pas facile pour toi de lutter contre ces compulsions. Afin de rendre la bataille plus équitable, je vais t’aider en te donnant quelques astuces !

Je suis une levure, ce que je crains donc le plus sont les antifongiques. Tout comme les antibiotiques qui éliminent les bactéries, les antifongiques me sont fatals. Il en existe de synthèse, qui peuvent être prescrit par un médecin. Tout comme certaines bactéries résistent à certains antibiotiques, je ne craindrais pas tous les antifongiques de la même façon.

Il existe également plein d’antifongiques dans la nature !

– Le plus connu est l’ail, cet aliment aux mille vertus est un ennemi redoutable ! Cru, cuit, intégrez le à toutes vos recettes !

– Egalement bien documenté pour son action antifongique, je citerai l’huile de coco! L’huile végétale qui a le vent en poupe ! Et pour cause ! Malgré sa richesse en graisses saturées, ses acides gras, ont la particularité de rentrer beaucoup plus facilement dans nos chaudières énergétiques et donc d’être une bonne source d’énergie et d’être moins stockés ! Bon, là n’est pas le sujet. Cette huile contient de l’acide caprique, de l’acide caprylique et de l’acide laurique: tous les 3 ont démontré leurs actions antifongiques !!!! D’ailleurs certains laboratoires vous vendent ces acides gras en gélules pour lutter contre moi! Plus facile et plus économique: achetez de l’huile de coco ! Son point de fumé est très élevé, vous pouvez donc l’utiliser sans problème pour vos cuissons. N’hésitez pas à la rajouter également dans vos smoothies peu glucidiques, vos chia pudding, votre café (avant de le passer au blender), à faire des beurres de coco maison etc… Je tiens tout de même à préciser que cette huile ne doit pas remplacer vos huiles riches en oméga 3 qui sont indispensables à votre santé !

– La 3 ème arme naturelle est une résine antiseptique redoutable, récoltée sur les bourgeons des arbres par nos amies les abeilles afin de protéger leur ruche. Cette résine a fait ses preuves dans la lutte contre de très nombreux pathogènes et notamment sur ma prolifération ! Le nominé est : la propolis! Rapprochez vous des apiculteurs qui vous livrerons tous leurs secrets !

– 4 ème nominé antifongique et pas que … Je cite : la chlorophylle! Pigment qui donne cette couleur verte aux végétaux, la chlorophylle est un puissant antifongique. Vous profiterez également de ses autres avantages: assainissante, améliore le transit, régule la fermentation intestinale, antioxydante etc.. Où la trouver ? Dans les végétaux verts bien sûr !!! Epinards, mâche, roquette,le chou kale, brocolis, jeunes pousses, les aromates, mais aussi dans les oubliés de nos assiettes : Dans les algues, les fanes de carottes, de radis, dans les plantes sauvages : ortie, pissenlit etc… Alors mettez du vert dans vos assiettes ! N’hésitez pas à préparer à l’avance un pesto végétal, un tartare d’algue. Vous pouvez également compter sur les jus et green smoothies ! Il est également possible de trouver des gélules de chlorophylle à différentes concentrations.

– Autres armes antifongiques faciles d’utilisation, même chez l’enfant : les extraits de pépin de pamplemousse. Leur utilisation va par ailleurs soutenir votre système immunitaire ce qui est essentiel dans votre bataille.

Je ne pourrai pas faire le tour de tous les antifongiques dont regorge la nature, mais je me dois de vous toucher un mot sur les huiles essentielles !

– Produites par distillation de plantes aromatiques. L’huile essentielle est une véritable bombe de concentré de molécules actives. Certaines de ces molécules sont antifongiques. Leur indication dépendra de la nature et de la concentration en molécules aromatiques de l’huile essentielle. Certaines huiles sont très délicates d’utilisation, elles peuvent être toxiques pour le foie ou le système nerveux, je ne vous en parlerai donc pas. Leur efficacité peut cependant être redoutable ! Seul un praticien formé à l’aromathérapie pourra vous en indiquer après avoir éliminé les contres indications. Il la prescrira sur un temps bien déterminé en respectant des temps d’interruption, une posologie précise et une association permettant de limiter la toxicité.

– D’autres huiles essentielles antifongiques, sont à l’inverse très « safe » d’utilisation ! Je suis sûre que vous les connaissez déjà ! Je pense bien sur à l’huile essentielle de tea tree et de Palmarosa! Safe, ne veut pas dire inefficace !

– Certaines souches probiotiques spécifiques ont fait leur preuve de leur action contre le candida albicans. Et même certaines levures comme saccharomyces boulardii ! De très nombreuses personnes disent d’éviter les levures en cas de candidose intestinale, pourtant saccharomyces boulardii limite à lui seul ma transformation, ma multiplication et mon adhésion à l’intestin !

Voilà, maintenant que vous savez comment vous débarrasser de moi, il vous reste plus qu’à passer à l’action!

En revanche, souvenez-vous ! Je ne me développe que sur une flore intestinale altérée . En effet, un bon microbiote ne me laisse pas la place de me développer. Le secret pour te débarrasser définitivement de moi est de rétablir ton microbiote! Sans quoi, tôt ou tard, lors d’un moment de fatigue, de faiblesse, ou la prise d’un médicament je me réveillerai !

Rétablir votre microbiote passe par des changements alimentaires. C’est la composition de votre assiette et la qualité de votre digestion qui détermine la nature de votre microbiote. Pour nourrir vos bonnes bactéries, il faut consommer des fibres prébiotiques: Légumes, fruits, céréales complètes et légumineuses ! Il est également possible de prendre des prébiotiques (aliments des bactéries probiotiques) ou des probiotiques (bonnes bactéries intestinales) sous forme de compléments alimentaires. Nous pouvons également en apporter sous forme d’aliments lacto fermentés. Ceci parait simple, mais ce n’est pas toujours aussi facile ! Outre les personnes qui n’aiment pas les aliments riches en fibres, d’autres ne les tolèrent pas ! Leur ingestion leur provoque des ballonnements, des spasmes, des altérations du transit pouvant être insupportables ! Ceci peut être le témoin d’une dysbiose de fermentation ou d’un SIBO (prolifération anormale de bactéries dans l’intestin grêle, alors que celles-ci devrait plutôt migrer dans le colon), pouvant eux-mêmes provenir d’une insuffisance de fabrication ou d’excrétion d’acides biliaires par le foie. Il faudra alors intégrer les fibres très progressivement, en favorisant dans un premier temps les fibres cuites et broyées… Les probiotiques ne seront pas forcement recommandés chez ces personnes. Il sera nécessaire pour certains de travailler sur la fabrication et/ou l’excrétion des acides biliaires.

Pour assurer une bonne digestion nécessaire à l’équilibre de la flore intestinale, il est indispensable de bien mastiquer ! Les aliments insuffisamment mastiqués viendront nourrir un microbiote dysbiotique (déséquilibré). Il est également indispensable de manger dans le calme sans stress, sans quoi, vos enzymes digestives ne seront pas correctement produites ou déversées. Ceci aboutissant à la même conséquence : les aliments insuffisamment digérés parviennent dans l’intestin où ils régaleront vos bactéries indésirables, d’où l’installation d’une dysbiose .

Comme largement évoqué dans l’article précédent, il est également nécessaire d’éviter la prise de médicaments non indispensables entraînant des dysbioses.

Par ailleurs, certaines personnes possèdent des mucines intestinales (tapis muqueux protecteur) défavorables car elles ont une baisse d’activité de l’enzyme « Fucosyl Transférase » permettant d’accrocher un sucre spécifique aux mucines. Ces personnes seront beaucoup plus vulnérables aux altérations du microbiote, donc aux troubles digestifs, candidoses, infections urinaires, mycoses vaginales ou pénienne etc… Cette affection d’origine génétique se vérifie par un test génétique (pour en savoir plus lire l’article suivant) et se traite par la prise d’un complément alimentaire permettant de pallier à ce déficit.

Traiter l’origine du problème voilà tout l’intérêt du travail micronutritionnel ! En revanche n’oublions pas de traiter les conséquences ! La candidose altère la barrière intestinale conduisant à un état d’inflammation de bas grade et de très nombreux troubles associés (allergies, fatigue, altération immunitaire, risque d’autoimmunité, fatigue hépatique, etc…). Il faudra donc également traiter la porosité intestinale !

Une prise en charge par un professionnel de santé formé à la micronutrition sera alors très utile pour déterminer et traiter la cause du problème et ses conséquences !

Je tiens à préciser que les symptômes de la candidose ne sont pas uniquement spécifiques du candida albicans. Certaines maladies peuvent conduire à ce type de symptômes, d’où l’importance de consulter votre médecin afin de s’assurer de l’absence de pathologie.

De la même façon, d’autres troubles fonctionnels tels qu’une altération du fonctionnement de nos chaudières énergétiques (nos mitochondries), une dysfonction hépatique, un déficit thyroïdien ou bien encore, une porosité intestinale peuvent également donner plusieurs de ces symptômes. Le rôle du micronutritionniste ou thérapeute en santé naturel est de trouver l’origine de vos troubles et de les traiter.

Naturellement Votre !

Candida où es-tu ? Que fais-tu ? par Guénaëlle Abéguilé – Partie 2

Cet article est la suite de l’article : connaitre l’ennemi c’est mieux le combattre « Candida pas si Candide

Maintenant que vous me connaissez mieux, MOI, Candida Albicans, vous savez que je peux être responsable de différents troubles : Est-ce moi qui justifie votre fatigue, votre déprime, votre faiblesse immunitaire ? Suis- je le responsable de vos troubles digestifs, de vos mycoses récidivantes ? Est-ce que sans moi vous seriez plus motivé, plus concentré ? Votre libido serait-elle amplifiée ?

Sachez que Je ne choisis pas ma proie au hasard. Je suis peu compatible avec une bonne flore intestinale (microbiote eubiotique). Vos bactéries eubiotiques sont mes pires ennemis ! Lorsque vous préservez votre microbiote, vos bactéries me laissent peu de place pour me développer, de plus elles favorisent la fabrication d’un tapis protecteur pour l’intestin appelé mucines (mucosités protectrice de l’intestin). Les mucines de qualité représentent une formidable niche écologique favorisant le développement de vos bactéries eubiotiques et défavorisant le mien.

Je sommeille donc tranquillement dans votre intestin afin d’attendre le moment opportun pour me développer. Le moment où vos bactéries intestinales sont au plus faibles et vos mucines sont altérées. Si vous souhaitez comprendre comment je me développe, je dois vous livrer encore quelques petits secrets.

J’ai un pécher mignon :

LE SUCRE !!!!! J’adore le sucre ! En revanche, je suis un vrai flémard : j’aime le sucre facilement disponible ! J’ai l’habitude de me faire servir sur un plateau d’argent : bonbons, gâteaux, sucre de table, confiture, yaourts industriels, soda, miel, mais aussi : pain blancs, riz blanc et pâtes blanches et autres céréales raffinées. Plus l’aliment est transformé, raffiné, plus son index glycémique est rapide, et plus je me régale !! Quand tu en manges, je suis au paradis, rien de tel pour me donner un gros coup de fouet et me multiplier. J’utilise cela contre toi, en te donnant des envies irrépressibles de sucre. Mon meilleur ami est l’industrie agroalimentaire ! D’ailleurs je me réjouis d’avance du remaniement ministériel ! Avec l’entrée de mon amie Emmanuelle Wargon, ex lobbyiste en chef de Danone au gouvernement, je sais que j’ai un bel avenir devant moi !

J’élirai plus difficilement domicile chez vous qui consommez beaucoup de fibres alimentaires (fruits, légumes, céréales complètes, légumineuses). Je n’aime pas ça moi, les fibres ! Elles me donnent beaucoup trop de travail pour récupérer les sucres qu’elles contiennent ! En plus elles boostent la croissance de mes pires ennemies : tes meilleures amies : tes bactéries eubiotiques!

Mon 2ème meilleur ami est l’industrie pharmaceutique ! Ils ont découvert plusieurs molécules, parfois utiles, mais souvent utilisées à tord, qui ont fait de moi le maître de ton intestin !

Sur la première marche du podium de ces molécules fantastiques je nommerai : les antibiotiques ! Comme vous le savez, ce sont des antibactériens. Ils n’éliminent pas que vos mauvaises bactéries, les bactéries de votre microbiote sont également très vulnérables à ces molécules. En diminuant votre diversité microbienne intestinale, c’est pour moi le moment propice de coloniser votre intestin ! C’est pour cela que vous faites des mycoses vaginales ou péniennes à chaque traitement antibiotique. Vous pouvez toujours appliquer une crème antifongique sur vos parties intimes, mais je reviendrai, car je suis dans votre intestin !

D’autres molécules interfèrent également négativement avec votre microbiote :

Si vous consommez des AINS (anti inflammatoire non stéroïdien) vous altérez vos mucines, ainsi vos bactéries eubiotiques sont plus fragiles ce qui me donne l’avantage.

Si vous prenez des inhibiteurs de la pompe à proton (anti- acides pour l’estomac), vous modifiez le PH du contenu intestinal et vous altérez la digestion de vos protéines alimentaires: ceci altère la flore intestinale. Vous me voyez venir ??? Encore une fois, c’est moi qui en profite ! Je vous vois réagir : Les IPP sont souvent donnés pour éviter les brûlures gastriques qui accompagnent la prise d’anti inflammatoires !!!! Et là, pour moi, c’est le kiffe total !

La pilule contraceptive n’est pas en reste. Elle n’a pas permis de libérer que la femme ! En diminuant la diversité microbienne de votre intestin, je suis le premier à crier « LIBERTE » !!!

Par ailleurs, Je vous ai parlé du rôle de vos mucines dans l’équilibre de votre flore. La qualité des mucines est très liée à la qualité du microbiote, mais pas uniquement. Sachez que vous avez besoin d’un outil biochimique (une enzyme) qui permet d’attacher un sucre spécifique à ce tapis protecteur. Si vous faites partie des 20% de la population ayant cet outil non fonctionnel (d’origine génétique : FUT 2 non sécréteurs), votre flore sera plus vulnérable, et vous aurez un mal fou à vous débarrasser de moi !

Votre flore sera également altérée si vous ne mastiquez pas ou que vous êtes stressé. Dans ces conditions, vous faites entrer dans votre intestin des aliments non digérés, ceci alimente une flore dysbiotique (désequilibrée), altère vos mucines, ce qui me laisse, encore une fois de plus, de la place pour me développer.

Maintenant que je me suis un peu plus livré, vous comprenez ce qu’il faut faire ou ne pas faire pour éviter ma prolifération ! Entre nous : qui peut prétendre manger suffisamment de fibres, pas trop de sucre ou d’aliments à charges glycémiques élevées? Manger sans stress, bien mâcher. Ne pas prendre de médicament ni de pilule contraceptive ? Je suis un produit de l’évolution, j’ai su profiter de l’inadaptation entre votre microbiote et votre comportement! Et tout ça avec un minimum d’effort !

Vous avez bien compris, si vous ne voulez pas de moi : respectez votre microbiote intestinal qui est l’un des piliers fondamentaux pour la santé !

Je pensais vous livrer tous mes secrets en 2 articles , mais je suis un grand bavard et je ne suis pas encore prêt pour vous présenter mon talon d’Achille. Je vous livrerai donc cela dans un troisième article ! Ceci me laisse encore quelques jours pour me servir de vous !

Naturellement Votre !